L’ultimatum lancé au Qatar prolongé de 48 heures

1

content_image

Le Qatar, mis au ban par ses « voisins » du Golfe pour son soutien présumé au « terrorisme » et son rapprochement avec l’Iran, a rejeté implicitement les demandes de ses adversaires arabes, qui ont cependant annoncé lundi avant l’aube que leur ultimatum était prolongé de 48 heures. La liste de 13 demandes, émanant de l’Arabie saoudite et de ses alliés, avait été soumise le 22 juin au Qatar, qui devait donner sa réponse dans les 10 jours, donc en principe avant dimanche soir. « La liste des demandes est faite pour être rejetée », avait déclaré dès samedi le chef de la diplomatie qatarie, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani.

Lundi avant l’aube, l’agence saoudienne Spa a cependant publié un communiqué indiquant que l’ulimatum était prolongé de 48 heures. La demande émanait du Koweït, qui a endossé le rôle de médiateur dans ce conflit. Dans la soirée de dimanche, les autorités à Doha avaient fait savoir que le Qatar allait remettre lundi matin sa réponse officielle à la liste, via « une lettre écrite » de son émir, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, à l’émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah. Parmi les 13 demandes figurent la fermeture de la télévision Al Jazeera et d’une base militaire turque ainsi que la réduction des relations avec l’Iran.

L’Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis, trois voisins du Qatar dans le Golfe, mais aussi l’Egypte ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques avec Doha, accusant l’émirat de soutenir « le terrorisme » et de se rapprocher de l’Iran, bête noire de Ryad. Le Qatar rejette ces allégations en contestant la véracité des faits qui lui sont reprochés et en mettant en avant le fait que nul n’a le droit de lui dicter sa politique étrangère. L’ambassadeur des Emirats en Russie, Omar Ghobash, a prévenu cette semaine que de nouvelles sanctions étaient possibles si Doha n’adhère pas aux demandes de ses voisins. Outre une possible suspension du Qatar au CCG, le Conseil de coopération du Golfe, les quatre pays pourraient demander à leurs partenaires commerciaux de faire un choix: continuer à traiter avec eux ou avec le Qatar, a indiqué l’ambassadeur au quotidien britannique The Guardian.

Auteur: 7sur7.be – 7sur7.be

Share.

About Author

Un commentaire

Leave A Reply